Gaudidesigner : Logo

Gaudidesigner :                            LA REVUE DU MUSÉE DORSAY PARIS.
LA REVUE DU MUSÉE DORSAY PARIS.
Gaudidesigner : Gaudi at Orsay Museum Paris
Gaudi at Orsay Museum Paris
Gaudi au musée d'Orsay
Une chaise Juan Busquet i Jane
GAUDIDESIGNER EST EN REFECTION
GAUDIDESIGNERLE EST EN REFECTION vous pouvez accéder seulement a les pages principales.
Gaudidesigner :

Collection Gaudi au Musee d'Orsay Paris.
Gaudi au Musee d'Orsay Paris.
ancienne collection de Kiki et Pedro Uhart.
Gaudidesigner : Antoni Gaudi
Antoni Gaudi
Le célèbre architecte Antoni Gaudí sera élevé au rang de saint dans l'année , selon toute probabilité , comme expliqué RAC1 . Au printemps prochain devrait être prêt à justifier la poursuite de l'étude et ce ne sera que la signature du pape Francisco. A ces nouvelles , plusieurs pays ont cherché à le convertir en modèle des architectes.
Gaudí "vénérable" sera l'aboutissement d'un processus de plus de 10 ans . Ce cas a été présenté au Vatican en 2003 et a depuis mis au point la position; un document de plusieurs centaines de pages détaillant la biographie de l'architecte, son travail et enregistré les témoignages. Lorsque la Congrégation pour les Causes des Saints et le pape donne le feu vert , Gaudí devenir vénérable .
Depuis ce temps peut être considéré comme sacré et l'architecte , comme expliqué au président de RAC1 Association Pro béatification d'Antoni Gaudí , José Manuel Almuzara " si tout va bien le processus se terminera au printemps 2015, le projet de document et la signature du Pape .

C'est reconnaître que Gaudí point de repère architectural et un exemple de bon chrétien . Toutefois, son élévation a vénérable est une première étape vers la canonisation, mais pour l'instant il ne pas encore béatifié parce que Gaudí n'avez fait pas de miracles.


En savoir plus : http://www.lavanguardia.com/vida/20140524/54408262069/antoni-gaudi-santo-aqui-un-ano.html#ixzz32k9H8RS1
Suivez-nous sur : https://twitter.com/ @ LaVanguardia |
Gaudidesigner : Le nom de Gaudí est un aimant pour le tourisme
Le nom de Gaudí est un aimant pour le tourisme
Le nom de Gaudí est un aimant pour le tourisme, qui affluent à Barcelone fasciné par un travail autour qui fleurissent chaque jour de plus en plus d'entreprises, de plus en plus lucratif. Barcelone est maintenant connu dans le monde entier comme la ville de Gaudi et le modernisme. sites touristiques tels que la Sagrada Família (3.233.526 visiteurs en 2012), La Pedrera (861583), la Casa Batlló (780 466), le Palau Güell (254 609) ou le Parc Güell (plus de huit millions par an), icônes qui sont entrés dans le XXI siècle exercent leur pouvoir d'attraction pour des centaines de milliers de touristes, au point que l'héritage Gaudi, vilipendé pendant si longtemps, ils deviennent un puissant moteur économique pour la ville. En novembre dernier, onze propriétaires de bâtiments d'architecte ont signé la Déclaration de Mataró de protéger et de promouvoir l’oeuvre de Gaudi.
Gaudidesigner : Balcons en fer forgé peints  de couleurs violentes.
Balcons en fer forgé peints de couleurs violentes.
L'une des premières références bibliographiques de la Pedrera (casa Mila) est celle que Georges Nicolas Desvides du Desert a faite d'elle dans "Barcelone et les Grands Sanctuaires catalans" (Paris, H Laurens, 1913)

Ce qui attire le plus l'attention c'est la description que l'auteur fait de la maison Mila : " Personne comme Monsieur Gaudi a porté si loin la singularité dédiée au style, la détermination par l'inédit et l'hautain et sans réplique possible ", affirme Desdevides; Son ultime dans ce genre de création - écrit le français - semble arriver à la limite du monstrueux.
Imaginez une falaise sculptée par quelques géants. Dans la pierre brute, ils ont coupé des piliers, ont ouvert des vides et des galeries; aucune ligne droite, mais des courbes douces et flottantes, comme si pour ces forces colossales le granit était argile, pour rappeler que ces Hercules savent, s'il faut surprendre avec leur raffinement comme avec leur force, quelques balcons en fer forgé, recherchés comme des touffes d'algues, poussés, bosselés, pris dans un filet(embrouillés), tordus et retordus gaiement avec des peintures de couleurs violentes.
Gaudidesigner : Antoni Gaudí a conçu en 1904 la Sala Mercè.
Antoni Gaudí a conçu en 1904 la Sala Mercè.
Antoni Gaudí a conçu en 1904 la Sala Mercè, un théâtre charismatique qui a représenté visions musicales accompagnées des vers des poètes catalans et les talkies ont été projetés avant la naissance de l'entreprise film sonore qui a pris naissance à New York en 1927. Les Cinémas du livre de Barcelone, un Urba recorregut (Editorial Albertí), écrit par les architectes Antoni Ramon et Raffaella Perron.

"Théâtres de Barcelone" le livre sauve de l'oubl la Sala Mercè, construite en 1904 par l'architectea la Rambla
L'endroit était un précurseur du parlant avec des acteurs qui parlent derrière l'écran.
Gaudidesigner :  GAUDI  ET DALI Les Catalans les plus universels
GAUDI ET DALI Les Catalans les plus universels
GAUDI Y DALI

Los catalanes más universales - 8 febrero 2013 Barcelona Vanguardia

Xavier Bru de Sala escritor y Presidente del primer Consejo Nacional de la cultura y de las Artes de Barcelona.

Quand nous parlons de Catalans universels, nous devons établir une différence fondamentale. Des universels il y en a deux grands, qui, pour notre démographie, ne sont pas beaucoup: Gaudi et Dali. Ces deux là sont admirés et connus "urbi et orbi". Installés au sommet de la pyramide hiérarchique des grands génies dans l'Olympe des arts du XXe siècle. De plus Dali forme un duo avec Picasso au-dessus de tous les autres et peut-être il le surpasse comme phénomène populaire. Mais sans nuire à Gaudí, à qui il ne reste que quelques mètres pour une reconnaissance et considération en Occident, mais pas dans l'est( Chine Japon Coree etc.) où il pèse plus que dans le modernisme européen.

Après eux vient Miró, qui, aux yeux du monde - je ne parle pas maintenant de notre peuple, qui pourrait être hyperbolique - est l'un des huit ou dix grands protagonistes de la révolution artistique du siècle dernier et ceux qui ont laissé un héritage plus fructueux. Plus loin, peut-être injustement peut être , Tàpies, Casals et la bienveillance ou l'estime de soi que le lecteur estime ajouter.

Si quelcun doute encore des déclarations précédentes, il suffit de revoir le nombre de visiteurs de la Sagrada Familia et de la Casa Milà, en tant que symboles de Barcelone (en dépit de l'intelligentsia de Barcelone, impuissante à arrêter cet intérêt). Il suffit de considérer que l'ancienne fondation de Caixa Catalunya peut être viable grâce aux revenus générés par l'icône mondiale de La Pedrera (casa Mila) Il suffit de comparer le nombre de visiteurs pour le Musée Dalí de Figueras avec celles de tous les autres musées.

Il suffit d'aller à Paris - Paris, la Mecque en ces matières, où la grande exposition Dali 2013 qui consacre les audiences records de Pompidou, avec des heures et des heures de queues de l'ouverture jusqu'à minuit. Il n'y a aucun doute, cela ne vaut pas la peine de chercher encore à discuter. Cette planète est peut-être pleine d'esprits primaires à tomber à quatre pattes devant des formalismes spéculatifs de foire. Peut-être oui. Le Canon universel est peut-être incorrect. Ausiàs March* peut dépasser Dante. Mais les lecteurs du monde ne le croit pas.

Ils sont encore nombreux, dont nous les catalans, qui devraient corriger leur propre regard, modifier les ont dit, se repentir et chercher des excuses pour ce qu'ils ont fait contre Gaudi et Dali. Comment se fait-il, alors qu'ils sont universellement révérés, que tant de Catalans les méprisent encore ? Ce n'est pas une question insignifiante. Une des conséquences désastreuses, entre autres : que l'exposition de Paris continue à Madrid, mais pas à Barcelone à cause des préjugés de certains décideurs.

L'animosité catalane contre Gaudí et Dali est unique dans le contexte de cette région.

Sans les commandes des Güell, des Mila, et les visionnaires qui ont impulsé la Sagrada Familia ou soutenu par Maragall, Gaudí existerait mais pas son oeuvre. Sans l'ébullition créative de la culture catalane dans les premières décennies du XXe siècle, sans la proximité de Barcelone à Paris, le génie de Dali n'aurait pas trouvé un environnement propice à exploser. Et c'est non seulement le Catalanisme, ressentie par ces deux artistes de façon incontestable, mais aussi, il est très probable - le fait que tant Gaudi et Dali riment avec rumi. Comme si les deux appartenaient à un groupe ou etnies détestées mais ou le génie abonde sans controverse, comme si c'était un sujet tabou.

Selon Marguerite Yourcenar, le temps est le grand sculpteur. Il n'a pas eu à passer beaucoup pour élever Gaudi et Dali aux sommets de la catégorie de l'art. Tout au long de l'histoire, nous avons vu comment le temps agit comme un fossoyeur avec les fausses idoles d'une époque. Et, à l'envers, le temps consacre toute sa gloire à ceux qui n'ont pas pu être détruits.

Comme leurs alliés de l'époque nos antidaliniens et antigaudiniens ont minimisé leurs figures. La majeure partie de l'intelligentsia catalane a essayé de les détruire. A Gaudí on ne lui pardonne pas sa ferveur religieuse,comme aux mystiques, alors que cette ferveur religieuse est la clé de son inspiration; et pour Dalí on continue à lui reprocher son anticommunisme, alors qu'il est tout à fait clair que le communisme, comme tous les totalitarismes, interdit la liberté créatrice et punit le sens critique des artistes de façon inhumaine et cruelle.

* Ausiàs March Valence, 1459), est un poète et chevalier valencien. Il est l'une des figures majeures du siècle d'or valencien et l'un des plus importants et influents auteurs de la littérature classique en langue catalane.
aquarelle par Perico Pastor




Gaudidesigner :  Jordi Fauli nouveau directeur de la Sagrada Familia
Jordi Fauli nouveau directeur de la Sagrada Familia
Changement de génération à la tête des travaux de la Sagrada Família. Le conseil d'administration de l'Office de la construction a nommé un nouveau directeur l'architecte Jordi Fauli. Fauli remplace Jordi Bonet i Armengol qui a été au pouvoir depuis 1985 et à son tour il devient l'architecte émérite-conseil de la fondation précitée, responsable de la construction du temple conçu par Antoni Gaudí.
Jordi Oller Fauli (Barcelone, 1959) est le neuvième Directeur des travaux de la Sagrada Família depuis sa création en 1882, et l'un de ses plus grands experts, pas en vain, il y a consacré l'essentiel de sa carrière professionnelle.

Doctor Architecte , sa thèse était justement la continuité et la composition des colonnes et arcades de la basilique. Jusqu'à présent, Fauli était architecte adjoint du temple et en tant que tel, faisait partie de la gestion du site avec Bonet et les architectes comme Carles Buxadé, Joan Margarit, Jordi Gómez et Josep Coll Serrano. Cette équipe, ces dernières années, a concentré son action sur la réalisation de l'intérieur de la basilique et la couverture des nefs, ce qui a poussé à l'utilisation de nouveaux matériaux, comme le béton, et les techniques de construction assistées par ordinateur.
Cette phase s'est terminée le 7 Novembre 2010, le jour où le pape Benoît XVI a consacré la basilique. Les travaux se concentrent désormais sur la construction des grandes tours centrales, qui seront suivis par les sacristies et la façade principale.
Gaudidesigner : L'architecte Joan Bassegoda Nonell est décédé le 31 Juillet, 2012.
L'architecte Joan Bassegoda Nonell est décédé le 31 Juillet, 2012.
Joan Bassegoda Nonell (Barcelone, 1930-2012) Grand specialiste d'Antonio Gaudi et directeur de la Real Cátedra Gaudi de Barcelona, est décédé le 31 Juillet 2012.
Principaux ouvrages:
" The designs and drawings of A. Gaudí " , publié en 1983 en collaboration avec le professeur G.R. Collins, reconnu comme l'une des études la plus rigoureuse sur les dessins d'architecture de Gaudí.
"El Grand Gaudi" (1989), qui compile ses différents articles consacrés à l'architecte et une série de monographies sur les bâtiments de Gaudi comme la Casa Batlló, la Casa Mila, les pavillons de la Finca Güell, le palais épiscopal d'Astorga.
Gaudidesigner : Consécration de La Sagrada Familia de Gaudi.
Consécration de La Sagrada Familia de Gaudi.

Le pape Benoît XVI a consacré la Basilique de la Sagrada Familia à Barcelone, le chef d'oeuvre de Gaudi, emblématique de l'Art nouveau catalan, toujours en chantier 128 ans après la pose de la première pierre en 1882. Consacrer le monument emblématique de la capitale catalane visait à "montrer un Dieu de paix, de concorde et non de discorde", a-t-il lancé, avant de qualifier d'"événement de grande signification" la transformation du monument en Basilique.
Gaudidesigner : Béatification de Antonio Gaudi
Béatification de Antonio Gaudi

Procès en béatification

Conformément à l’homélie prononcée par Benoît XVI lors de la consécration de la Basilique, l’Eglise veut réaffirmer le lien entre l’art et la foi, la beauté et la vérité. En projetant de canoniser Gaudi, elle veut singulariser la figure de l’artiste ; voilà cinq siècles en effet, qu’il n’y en a aucun qui se soit distingué par sa foi endehors de le florentin Fra Angélico.

Un procès en béatification d’Antonio Gaudí a été ouvert au Vatican. L’analyse du dossier de l’architecte catalan, auquel certains documents prêtent des dons mystiques, est en cours et devrait prendre quelques années.

Pour sa part, le tribunal ecclésiastique du Diocèse de Barcelone, après trois intenses années d'études, entrevues et recherche, a conclu un document, de plus de 1000 feuillets, où on promeut le caractère divin, au moins de de certains de ses actes, de l'architecte modernista.


Gaudidesigner : GAUDI DANS LES COLLECTIONS DES MUSEES FRANÇAIS
GAUDI DANS LES COLLECTIONS DES MUSEES FRANÇAIS
ENTRETIEN

Philippe Thiébaut, Conservateur général au Musée d'Orsay s'entretient avec Pedro Uhart dans son livre "Gaudi Bâtisseur Visionnaire" - Gallimard 2001


UN CONNAISSEUR PASSIONNÉ: PEDRO UHART


Considéré comme l’un des plus importants collectionneurs privés de Gaudi, Pedro Uhart est né en 1938 à Concepción (Chili). Il étudie le droit tout en pratiquant la peinture. En 1962 il quitte le Chili pour s’installer en Europe. En 1971 il commence à peindre sur des draps libres, auxquels il donne le nom de « murals flottants », et qu’il présente dans les rues et jardins publics. L’un d’eux, baptisé « Once de septembre 1973 » et montré à la Biennale de Paris, dénonce le coup d’État au Chile et l’assassinat de Salvador Allende. D’autres sont exposés à Londres et à New York. A partir de 1976 il commence ses recherches sur la photocopie couleur et le Polaroid. Depuis 1977 il expose régulièrement en Europe et aux Etats-Unis.


Dans quelles circonstances avez-vous découvert l’œuvre de Gaudi ?


Nous avions décidé, avec un ami vénézuélien, également peintre, de visiter l’Espagne durant nos vacances de l’été 1965. Notre première étape importante fut Barcelone. Nous avons été immédiatement saisis d’une émotion si violente face à l’architecture de Gaudí que j’ai décidé d’en savoir plus sur son œuvre et que je me suis promis de revenir dès que possible.

Les livres m’ont été d’une grande utilité pour mener mon enquête. J’avais pu me procurer entre autres l’ouvrage de José Ráfols publié en 1928 dans lequel j’ai vu pour la première fois des meubles et objets de Gaudí. Ces publications anciennes m’ont beaucoup aidé dans la constitution de ma collection. Comme elles avaient aidé Joan Ainaud de Lasarte (1919–1995), directeur général des Musées d’art de Barcelone de 1948 à 1985, qui fut le premier à organiser des expositions sur l’Art Nouveau catalan et fit entrer au musée d’Art moderne les premières pièces d’artistes modernistes tels que Gaspar Homar, Joan Busquets, Lluis Masriera.

Dans la préface du catalogue de l’Esposición de artes suntuarias del Modernismo barcelonés qui s’ouvrit à l’automne 1964, il déclarait : « Je me suis trouvé comme un détective à la recherche des objets en me fondant sur le livre de Cirici Pellicer (il s’agit de El Arte modernista catalán publié en 1951) qui était richement illustré ; avec les conservateurs nous nous sommes aperçus de l’ampleur insoupçonnée des disparitions et destructions. Pensons par exemple à la quantité de mobilier qui a été nécessaire pour remplir les pièces de la Pedrera ; seuls sont restés en place, lors de la transformation radicale du décor, deux petites pièces en terre cuite de Lambert Escaler. »

De cette exposition Gaudí était d’ailleurs absent et il faut attendre 1969 avec l’exposition présentée à Madrid, El Modernismo en España, pour voir Gaudí représenté notamment par des meubles et pièces en fer forgé provenant de la casa Milá ainsi que par des photographies de ses réalisations.


Quels sentiments suscitait à l’époque de votre découverte l’œuvre de Gaudí ?


On peut dire qu’il régnait à cette époque une certaine indifférence héritée du mouvement du Noucentisme qui réagissait contre le Modernisme. Les partisans du Noucentisme, tel Eugeni d’Ors, n’ont cessé de dénigrer l’œuvre de Gaudí, allant jusqu’à réclamer son anéantissement.

Les effets des articles alors publiés ont contaminé toute une génération, y compris celle des disciples de Gaudí qui l’entouraient dans les dernières années de son activité. Où sont en effet les déclarations qui témoigneraient d’une prise de position en faveur de leur maître ? Gaudí était vraiment seul.

Salvador Dalí sera vraiment le premier artiste catalan à l’admirer et à prendre vigoureusement parti en faveur de son art. Dalí raconte que c’est Federico García Lorca qui lui fit découvrir les beautés de la Sagrada Familia et rapporte ses propos devant la Façade de la Nativité :

« J’entends un brouhaha de cris qui se font de plus en plus stridents en allant vers le ciel, jusqu’à se mêler avec les trompettes des anges dans une clameur que je ne pourrai supporter que quelques instants. »

En 1956 est créée à l’Ecole supérieure d’Architecture de Barcelone la Catedra Gaudí qui organise les premiers cours sur Gaudí, assure des publications et produit des expositions, comme en 1967 l’exposition Gaudí. Mais à la fin des années 1970 alors que s’affirme sur un plan international la reconnaissance de l’architecte, celui-ci à Barcelone même continue d’être ignoré par les habitants qui le considèrent certes comme quelqu’un de la famille, mais quelqu’un à moitié fou, à moitié génial.

Ses maisons, enveloppées d’un voile de mystère, dans lesquelles il était difficile de pénétrer, donnaient l’impression d’être abandonnées. La crasse s’accumulait sur le banc en céramique du Park Güell. Le seul endroit vivant était la Sagrada Familia où l’on continuait de construire.

La plupart des pièces d’ébénisterie et objets que j’ai acquis n’avaient pas été entretenus depuis fort longtemps et j’ai souvent dû les faire restaurer pour éviter une perte irrémédiable : c’est le cas des portes de la chapelle privée et de la vitrine de la salle à manger de la casa Batlló ainsi que de la majeure partie des objets et du mobilier provenant de la Casa Milá.


Avez-vous, au cours de vos recherches, rencontré des personnes qui avaient connu Gaudí ?


J’ai eu l’occasion de faire la connaissance de descendants de commanditaires de Gaudí qui m’ont fourni beaucoup de renseignements.

C’est ainsi qu’un descendant de Batlló m’a raconté qu’en 1936 pendant la guerre civile toute la famille Batlló avait quitté Barcelone pour se réfugier en Italie. Malgré la solidité des volets qui protégeaient les fenêtres, le gens se sont introduits dans la maison et ont emporté une partie du mobilier. Il m’a aussi appris que les balustrades des balcons en forme de masques étaient revêtues sur leur face interne d’une peinture dorée, ce qui ajoutait encore aux irisations de la façade.

Un membre de la famille Güell m’a révélé qu’un Américain avait voulu acquérir le palais Güell pour le démonter et le transporter pièce par pièce aux Etats-Unis, mais que Dona Mercedes, la fille du comte Güell, avait préféré laisser le bâtiment à la Diputació de Barcelone à la condition qu’il soit conservé dans son état.
Toutefois le mobilier, conservé par la famille, fut réparti entre les héritiers.

Il m’a également appris, en me montrant le grand paravent fait de panneaux en cuir de Cordoue qui se trouvait dans la salle à manger et les deux grands fauteuils en acajou massif fileté d’or qui eux provenaient du grand salon, que son père avait fait enlever les cuirs de ces deux fauteuils parce que les enfants les détérioraient en sautant dessus.

Au moment où j’ai acheté cet ensemble, il m’a donné un jeu de gravures du palais Güell que le comte avait commandées pour les joindre à l’envoi de Gaudí lors de son exposition à Paris en 1910 ainsi qu’une publication relative á la restauration des cuirs de Cordoue des fauteuils.

Autre exemple de rencontre : une arrière-petite-fille de Calvet me montrait dans sa maison des peintures du sculpteur Josep Llimona, du mobilier en bois doré de Joan Busquets quand tout d’un coup elle ouvrit une porte et je pus découvrir le mobilier de salle à manger de style Louis XV dessiné par Gaudí et que Casanelles mentionnait dans son ouvrage publié en 1965.



Depuis quelque temps, certains historiens de l’art accordent un rôle de tout premier plan au jeune Jujol lors de ses années de collaboration avec Gaudí. Quelle est votre position à ce sujet ?


Il est vrai que plusieurs chercheurs ont créé et continuent à alimenter une polémique relative aux rapports entre Gaudí et Jujol. Toute nouvelle parution – article, livre, catalogue – concernant Jujol lui attribue dans les travaux de Gaudí une part selon moi exagérée.

Il me semble évident que l’architecture de Jujol n’a ni la transcendance ni l’envergure de celle de Gaudí. C’est ainsi par exemple qu’on attribue à Jujol la façade céramique et les balcons en fonte de la casa Batlló, transformée par Gaudí entre 1904 et 1906. Cela me semble improbable étant donné que Jujol est titulaire de son diplôme d’architecte en 1906 et que ce n’est qu’à la fin de cette année-là que Gaudí le choisit comme collaborateur.

A cette époque, Gaudí est âgé de 54 ans et Jujol de 27 ; il est impensable que ce soit l’étudiant qui ait pu décider à lui seul de l’harmonie colorée de cette façade. N’oublions pas que, dès sa première grande réalisation, le palais Güell, de vingt ans antérieure à l’achèvement de la casa Batlló, Gaudí témoigne d’une utilisation architecturale de la couleur jusque-là jamais vue en imaginant les vitraux abstraits de l’étage noble et le revêtement en céramique cassée des cheminées et bouches de ventilation.

Ces applications nous les retrouvons au Park Güell, à la casa Batlló, à la casa Milá, à la Sagrada Familia et à la crypte de la Colonie Güell. Par ailleurs, nous disposons du témoignage d’un maçon, Ramon Dedeu, qui rapporte comment s’est opérée sous la seule direction de Gaudí la mise en place du revêtement de la façade de la casa Batlló.

A propos de la casa Milá, on a dit que c’est à Jujol que revenait la paternité des plafonds. Or Dedeu a également raconté comment Gaudí utilisait une toile métallique pour imprimer dans ces plafonds les reliefs qui flottent comme des nuages dans le ciel et évoquant l’aménagement de l’appartement des propriétaires, il s’émerveillait : « Je ne sais comment l’expliquer, mais dans tout le mobilier et la décoration il y avait la marque du maître. »

En ce qui concerne le mobilier créé par Jujol, je voudrais faire une remarque.
Quand on lui a commandé la décoration en 1911 de la boutique Manach, Jujol a réalisé un comptoir, quelques meubles de rangement ainsi que des chaises pour les clients.
C’est un ensemble que je connais bien pour l’avoir examiné il y a quelques années. Les chaises sont en bois et fer forgé, les trois pieds étant réunis par un anneau soudé qui leur donne une certaine stabilité.

Sur une photo d’époque provenant des archives Jujol, ces chaises apparaissent mais sans anneau. Cet anneau en forme de huit a donc été rajouté postérieurement par Jujol lorsque le pied de devant fixé au bois par une platine et des vis, a cédé à l’usage. Voilà un exemple concret des faiblesses de Jujol dans le domaine de l’ébénisterie. L’assise est d’ailleurs fort inconfortable.

Nous sommes très loin des préoccupations de Gaudí qui aurait pensé, dès le départ, comme le montrent ses créations dans le domaine de l’ébénisterie, au confort et à la solidité de la fabrication.
Il convient également de rappeler cette déclaration d’Enrique Casanelles, premier secrétaire de l’association Les Amis de Gaudí, extraite de son livre Nueva Visión de Gaudí (1965) «Le colorisme de Jujol sous le contrôle de Gaudí n’a jamais connu les faiblesses que nous constatons dans les œuvres personnelles de Jujol.»


Gaudí a-t-il selon vous influencé la création artistique du XXe siècle ?


En décembre 1958 la revue Los Papeles de son armadans rendit hommage à Gaudí : la couverture du numéro était une lithographie de Miró et de nombreuses personnalités (Enrique Casanelles, Azorin, Benjamin Palencia, Ramon Gómez de la Serna, Eduardo Westerdalh, Anthony Kerrigan, C.L. Popovici, Fernando Chueca Goitia) avaient apporté leur collaboration.

L’un des textes, Poliformismo de Gaudí, écrit par le peintre-architecte turinois Alberto Sartoris, se terminait par cette déclaration : « Dans le monde entier, on a trop parlé de Picasso et pas assez de Gaudí. »

N’oublions pas que, lorsqu’il habitait Barcelone, Picasso possédait un atelier situé en face du palais Güell ; il est plus que probable qu’il a vu les vitraux cubistes et les revêtements céramiques abstraits qui s’y trouvaient. Miró n’a jamais cessé d’admirer l’œuvre de Gaudí. Jeune il a pu voir les travaux de restauration entrepris à la cathédrale de Palma de Majorque ; plus tard il a beaucoup regardé l’œuvre de Gaudí et appréciait tout particulièrement le Park Güell.

Le fameux banc en trencadís du parc n’est-il d’ailleurs pas considéré comme un Miró avant la lettre ? Les sculpteurs Julio Gonzales, originaire de Barcelone comme Miró, et Pablo Gargallo ont utilisé le fer forgé d’une manière semblable à celle dont Gaudí l’utilisait dans ses architectures.

Quant à Niki de Saint-Phalle, elle considère Gaudí comme son maître. En 1980, elle réalise en Toscane Le Jardin des Tarots, composé de 22 sculptures monumentales, qui constitue un véritable hommage au Park Güell.

En 1975, j’exposais à New York, à Washington Square, un mural flottant intitulé "The History of War", dénonçant la guerre du Viêt-Nam ; parmi les artistes qui se trouvaient là, il en est un dont j’ai fait la connaissance et avec qui j’ai beaucoup parlé de Gaudí. Il était particulièrement intéressé par le trencadís. Plus tard ses grandes toiles réalisées avec des assiettes cassées ont contribué à sa célébrité. Son nom est…Julian Schnabel.

Gaudidesigner : LA CRYPTE GUELL RESTAURATION DESASTREUSE D'UN CHEF-D'OEUVRE DE GAUDI
LA CRYPTE GUELL RESTAURATION DESASTREUSE D'UN CHEF-D'OEUVRE DE GAUDI
Réalisée par l'architecte de la Diputacion de Barcelone Antonio Gonzalez Moreno du service du Patrimoine
Vue d'ensemble des travaux effectués : la rampe d'escalier que Gaudi avait crée pour accéder à l'étage supérieur de la Crypte a entièrement disparu et s'est transformée en toiture recouverte de tôle de zinc, son accès est coupé par un énorme bloc de granit de son invention, signant ainsi son oeuvre et se mettant à l'égal de Gaudi. Il a recouvert le sol et les accès de l'église avec des rectangles de marbre gris inventant des murets, des escaliers etc...

Rainer Gräfe, professeur de l'Université d'Innsbruck (Autriche) qui étudie la Crypte Güell depuis 20 années, a qualifié "de terrible" l'état du temple et a regretté que certains des dommages seront très difficiles à réparer. Les experts croient que 25% du legs de Gaudí est déjà irrécupérable.

L'audace d'essayer de terminer la Crypte Güell et à la fois la traiter comme une ruine archéologique l'a fait perdre son enchantement, son aura et cet aspect de ruine familière qui fonctionnait si bien.
Dans une commande de cette importance, on aurait dû agir avec le maximum d'humilité et de critère.
La restauration d'un bâtiment historique est quelque chose de très compliquée, ce n'est pas seulement un problème de spécialistes, mais surtout et une affaire de bon goût.

Le grand responsable de ce désastre, l'architecte Antonio Gonzalez essaye de recomposer les erreurs qu'il a commises il y a quelques années dans la restauration du Palais Güell. Il re-restaure à nouveau, enfermé à triple tour au Palais Güell et entouré par la même équipe qui a détruit la Crypte Güell et dans le secret maximal. Interdisant les visites du chantier en cour à tout le monde.

L’architecte Antonio González Moreno, a été finalement destitué de son poste au service de Patrimoine Architectonique de la Députation de Barcelone, pour sa lamentable restauration de la Crypte Güell.

L’architecte Antonio González Moreno, a été finalement destitué de son poste (nov. 2008) au service du Patrimoine Architectonique de la Députation de Barcelone, pour sa lamentable restauration de la Crypte Güell.


voir l'article







www.gaudidesigner.com © 2017

Retrouvez gaudi designer sur facebook